La cocarde

Assiette en faïence de Nevers à décor révolutionnaire au centre d’une cocarde tricolore. Frise végétale, galon à l’aile.
Vers 1792. XVIIIe siècle.
Diamètre : 23 cm.

1 800 €

La cocarde est un signe de reconnaissance. Son port devient obligatoire pour les citoyens par décret de l’Assemblée législatives du 12 juillet 1792.

Cf. C. Bonnet, Faïence révolutionnaire, Collection Louis Heitschel page 68, n°14.
Sylvain Druet/ Collection. Ménard, n°136 p.125 – Sainte Menehould, juin 2019

 

 

 

POSER UNE QUESTION

 

ACHETER

 

Retour à la galerie

Retour à la boutique

Catégories : ,

Description

 

Ensemble d’assiettes en faïence de Nevers à décor révolutionnaire représentant de gauche à droite : la cocarde, la prise de la Bastille, les Droits de l’Homme, un soldat de la Garde nationale, la Fête de la Fédération et « Pran garde au chat ».
Entre 1789 et 1794.
Diamètres : 22,4 à 23,3 cm.
Prix de 1 350 à 5 500 euros.

Nevers est un centre de production de faïence qui existe dès 1603. La première période est caractérisée par le style italien, la deuxième par un style français et inspiré de l’Orient.
Au 18e siècle, les manufactures ayant moins de commandes prestigieuses, se tournent vers une autre clientèle : le peuple avec la création de multiples décors : patronymiques, arbres d’amour, pont de Nevers et tous les décors de la vie quotidienne.
Un événement important va être repris en décor tel qu’il s’est produit c’est le premier vol d’une montgolfière en 1783. C’est un succès. A partir de ce moment-là, les faïences vont raconter l’actualité et Nevers s’empare du marché et va devenir leader pour la période révolutionnaire.
Douze fabriques vont prospérer grâce aux épisodes de la Révolution Française.
Les Nivernais n’étant pas plus révolutionnaire que d’autres ont saisi l’opportunité commerciale et cela leur a bien réussi.

Ces assiettes sont une source de documentation historique et non une simple illustration amusante.