Cabinet du Val de Loire

IMPORTANT CABINET DU VAL DE LOIRE D’ÉPOQUE RENAISSANCE
ORIGINE : FRANCE, VALLÉE DE LA LOIRE
PERIODE : XVIe SIÈCLE, 1570-1580

Hauteur : 228 cm
Largeur : 128 cm
Profondeur : 55 cm
Bois de noyer
Très bon état de conservation
Ancienne collection Gabrielle Chanel

EXTRAORDINARY RENAISSANCE DRESSER FROM THE VAL-DE-LOIRE
ORIGIN : FRANCE, LOIRE VALLEY
PERIOD : 16th CENTURY, 1570-1580

Height : 228 cm
Length : 128 cm
Depth : 55 cm
Walnut
Very fine condition
Old collection Gabrielle Chanel

 

 

POSER UNE QUESTION

 

ACHETER

 

Retour à la galerie

Retour à la boutique

Catégories : ,

Description

Cabinet à deux corps superposés en retrait, ouvrant à quatre vantaux et quatre tiroirs. Il est couronné d’un fronton chantourné qui s’achève en tige végétale.
Ce cabinet est décoré d’incrustations de nacre et d’ivoire à motifs d’arabesques, d’animaux et d’allégories.
Les boutons des tiroirs sont ornés de nacre. Les entrées de serrures sont en ivoire.

Le corps inférieur repose sur une plinthe moulurée en large saillie et surélevée par des pieds à section carrée. Il ouvre à deux vantaux dont le décor en incrustation de nacre à motif d’arabesques se développent en symétrie sans toutefois être identique. Des tiges souples et feuillues se déploient sur toute la surface et sont garnies de fruits, de chouettes et d’oiseaux divers. Elles jaillissent d’un mascaron sur lequel se tient une figure féminine.
Sur le vantail de gauche Léda est accompagnée de Zeus qui a adopté la forme d’un cygne.
Sur le vantail de droite, un serpent étreint Cléopâtre et lui mord le sein.

Les façades des deux tiroirs ainsi que les montants portent aussi un décor d’arabesques en nacre incrusté, développé en frises plus étroites. Nous y retrouvons non seulement les chouettes et les oiseaux mais aussi des chiens.

Entre les deux tiroirs un putti ailé joue avec un animal.

Le corps supérieur, en retrait, repose sur deux tiroirs à décor d’arabesques et de chiens, encadrés d’oiseaux.
Les deux vantaux sont flanqués de montants richement décorés où les figures humaines se font beaucoup plus présentes dont notamment une femme tenant un enfant dans ses bras, il s’agit de l’allégorie de la Charité.
Sur le faux-dormant, Vénus tient dans ses mains l’arc de son fils Cupidon.
Chaque vantail présente une composition d’arabesques en trois médaillons superposés. Le médaillon central est occupé par l’allégorie de la Prospérité tenant une corne d’abondance.
Sur le médaillon inférieur du vantail gauche, est délicatement incisé dans la nacre, un portrait de femme à la coiffure soignée et sur le vantail droit un portrait d’homme aux cheveux courts et à la barbe fournie. Leurs armoiries respectives apparaissent sur le médaillon supérieur.
La surface étirée de l’entablement est prétexte à une scène animée de courses entre chiens, chats et oiseaux, rythmée par trois représentations de nymphes sous la forme de figures féminines allongées.
Le fronton chantourné décoré d’arabesques végétales et d’animaux reprend la composition en trois médaillons développés horizontalement cette fois. Sont incisés, des profils de guerriers casqués sur les plus petits médaillons tandis qu’au centre se tient le dieu Mars, une main sur la hanche l’autre sur sa hampe. Une tige fleurie, découpée et incrustée de nacre, couronne le fronton.
Des arabesques en incrustations de nacre décorent également les côtés. Plus aérés et rigoureux dans leur aspect géométrique, ces motifs ornent aussi la tablette du corps inférieur. Un disque de nacre incisé de cercles concentriques fait écho aux boutons des tiroirs.
Le système décoratif de ce cabinet révèle un ornementiste de grand talent qui a su mêler naturellement arabesques, répertoire animalier et références mythologiques.
C’est par l’intermédiaire des artistes italiens appelés à la Cour de Fontainebleau par le Roi François Ier (1494-1547) que le motif d’arabesque s’affirme en France.
Son répertoire décoratif est particulièrement adapté à la vogue ornementale développée par l’Ecole de Fontainebleau. Il subit toutefois des mutations locales en abandonnant quelque peu son abstraction botanique – notons la présence de glands sur les arabesques de notre cabinet – et en s’associant avec des animaux et des figures humaines.

Les courbes et les volutes du décor d’arabesques et la silhouette chantournée du fronton sont particulièrement efficaces et adoucissent avec grâce la rigueur architecturale de ce meuble typique de la seconde moitié du XVIe siècle.
La blondeur du noyer, la somptuosité du décor et le luxe des matériaux associent la réalisation de ce cabinet à la Vallée de la Loire et témoignent d’une commande de haut-rang. En effet ce type de meuble était destiné à des commanditaires de prestige.
Grâce aux armoiries de nacre figurées sur le vantail droit (au lion a la fasce chargée de trois coeur) nous pouvons désigner le commanditaire comme appartenant aux Herissem, une famille noble des anciens Pays-Bas, aujourd’hui en Belgique.
Ce meuble était probablement un cabinet commandé à l’occasion d’un mariage comme tend à le prouver la présence des portraits et des armoiries de deux familles mais aussi la thématique du décor.
La représentation de Léda et le cygne, la scène du suicide de Cléopâtre insistent sur une certaine dimension sensuelle tandis que la représentation de Vénus qui a subtilisé les armes de son fils exprime davantage un amour chaste.
L’allégorie de la Prospérité et de la Charité indiquent bien sûr les vertus à cultiver de même que les chiens, symbole de fidélité. Les nombreuses chouettes, attribut de la déesse Minerve, incarnent la sagesse. La présence répétée de figures militaires – Mars, guerriers – s’oppose aux figures de l’amour illustrant ainsi l’équilibre à cultiver dans le couple.
L’éloignement géographique entre le centre de production et le commanditaire met en lumière le prestige dont pouvait jouir le mobilier du Val de Loire de même que la puissance financière et le goût affirmé du couple Herissem. Le programme iconographique fait montre d’une culture classique certaine et éclaire les échanges artistiques singuliers qui caractérisent la Renaissance. Ce cabinet est aussi un exceptionnel témoignage du savoirfaire des ébénistes et des ornementistes de la fin du XVIe siècle.


 

Two-bodies dresser, the upper body showing a recess, and opening with four door-leaves and four drawers. The dresser is topped by a fretworked pediment with a vegetal finial. The dresser is adorned with mother-of-pearl and ivory inlays depicting arabesques, animals and allegories. The drawers’ knobs are enriched with ivory and so are the keyholes.
The lower body stands on a protruded moulded plinth over four square feet. It opens with two door-leaves bearing a symetrical but non identical mother-ofpearl arabesques. Supple foliated stems grow on the surface filled with fruits, owls and other birds. The stems spring from a mask on which stands a female figure. On the left door-leave is depicted Leda accompanied by Zeus as a swan. On the right hand side a snake embraces Cleopatra and bites her breast.
The drawer’s facades and the posts also show a mother-of-pearl inlaid decor elaborated on a narrower frame. We can distinguish owls and other birds as well as dogs.
Between the two drawers a winged putto plays with an animal.
The recessed upper body stands on two drawers adorned with an arabesques, dogs and birds mother-of-pearl decor.

The two door-leaves are framed with richly adorned posts where human figures are more represented. Among them can be seen a woman holding a child in her arms, she is the allegory of Charity. On the central post Venus is shown with her son’s weapon, Cupid’s bow. Each door-leave presents a triple arabesque inset composition. The larger inset is centred by the allegory of
Abundance holding a cornucopia. On the left door-leave lower inset the mother-of-pearl surface is engraved with a female profile portrait while a bearded man is pictured on the right hand side door-leave. Their coat-of-arms is shown on the upper insets.
The elongated surface of the entablature is filled in with animated dogs, cats and birds as well as three nymphs lying.
The fretworked pediment is also adorned with a triple arabesque inset accompanied by animals. Warriors profiles are engraved on the mother-ofpearl surface while in the centre is standing Mars, god of war, a hand on his hip and the other on his shaft. A cut out vegetal finial inlaid with mother-ofpearl motifs tops the pediment.
Mother-of-pearl arabesque also enrich the lateral sides of the dresser. More airy and geometrical these motifs are also found on the lower-body table top.
An engraved mother-of-pearl disk echoes the drawers’ knobs.
This dresser’s decorative system expresses the skills of a particularly gifted ornamentalist who has effortelessly mixed arabesques, animals and mythological references.
The arabesque motif asserts itself in France thanks to Italian artists called by king François Ier (1494-1547) at Fontainebleau’s court. Its decorative repertoire is perfectly adapted to Fontainebleau’s craze for ornaments.
Arabesque evolves by forsaking its botanical abstraction – acorns can be seen on our dresser – and by involving animals and human figures.
The arabesques’ curves and volutes and the pediment’s fretworked silhouette are particularly efficient in softening the architectural rigour of the dresser, typical of the 2nd half of the 16th century. The blond walnut, the lavishness of the decor and the luxury of materials connect this dresser with the Loire valley and illustrates a high-rank order. Indeed this type of furniture was intended for the higher classes.
Thanks to the coat-of-arms engraved on the right hand side door-leave (au lion a la fasce chargée de trois coeur) the patron’s family can be identified as the Herissem, a noble family coming from the former Netherlands, today in Belgium.

Because of the couple’s portrait and both families’ coat-of-arms as well as the themed decor this dresser was undoubtedly ordered as a wedding gift.
The depiction of Leda and the swan and the suicide of Cleopatra emphasize a certain sensual aspect while Venus figured having seized her son’s bow expresses a chaste love. The Charity and Abundance’s allegories point towards the virtues to favour as well as the dogs embodying faithfullness. The several owls, attribute of Minerva, express wisdom. The frequent depiction of military figures – Mars, warriors – contrast with love figures and embodies the balance to find in the marital couple.
The geographic distance between the production centre and the patron highights the prestige furniture from the Loire valley had, as well as the means and the taste of the Herissem couple. The dresser’s iconography chracterizes the Renaissance period with its artistic exchanges and its fondness for classical culture. Finally this dresser is also an astounding exemple of the cabinet-makers and ornamentalists’ know-how during the late 16th century. siècle.