L’Éternel Printemps – 4ème réduction

Bonze à patine brune, signé « Rodin », fonte Barbedienne, porte la marque du fondeur et inscrit sur la plaque « L’ETERNEL (LE) PRINTEMPS AUGUSTE RODIN 1840-1917 »

Sur socle en marbre d’origine 

H. 25 x L.30 x P. 18 cm (sans socle) et H. 30,2 x L.35x 21, 5 cm

Fondu à 63 exemplaires

Circa 1898-1917

 

 

Bibliographie : Voir page 334 du livre « Rodin et le bronze catalogue des oeuvres conservées au Musée Rodin” Tome 1 par Antoinette Le Normand Romain

 

  Poser une question / Ask a question
Catégorie :
  
Estimer le transport / Estimate the transport

Description

Évoquant par son mouvement gracieux la sculpture du XVIIIe siècle, L’Éternel Printemps connut un grand succès et fut traduit plusieurs fois en bronze en de nombreux exemplaires en quatre dimensions différentes et 6 exemplaires en marbre. La sculpture fut créée durant la période d’intense travail autour de La Porte de l’Enfer, mais ce sujet par trop gracieux ne fut pas retenu pour y figurer. Exposée au Salon de 1898, elle connut un grand succès commercial. Tout comme Le Baiser, dont il constitue une sorte de variante, son sujet évoque en effet le bonheur de deux jeunes amants, probablement inspiré par la relation passionnelle d’une dizaine d’années entre le maître et son élève amante Camille Claudel. Dans cette fusion amoureuse, l’homme ouvre son torse alors que la figure féminine (reprise de l’œuvre le Torse d’Adèle inspirée d’Adèle Abruzzesi, un des modèles favoris de Rodin) déploie éperdument sa cambrure. La beauté de ce chef-d’œuvre de la sculpture réside dans sa capacité à exprimer un amour érotique, les deux personnages se fondant littéralement l’un dans l’autre.

 

Le musée Rodin possède l’Eternel Printemps, réduction 4, chef-modèle, fonte de Ferdinand Barbedienne.

Informations complémentaires

Dimensions 25 × 30 × 18 cm
Plus d'offres pour ce produit!

Questions et demandes générales

Il n'y a pas encore de demandes de renseignements.